Souvent négligé, le sol est pourtant la base de la vie végétale et même animale.

Le paillis ou mulch est une couche de matériaux protecteurs posés sur le sol autour des végétaux. L’opération qui consiste à mettre le paillis sur le sol est appelée paillage. C’est la solution la plus adaptée pour protéger et nourrir le sol de façon naturelle.

On considère que le paillage élimine jusqu’à 95% des adventices et libère d’une très grande partie du désherbage manuel ou de l’utilisation des herbicides. Autre point positif, il réduit de 40% les apports en eau en protégeant des rayons du soleil et en conservant plus longtemps l’humidité au sol.

Il est également très apprécié des insectes et micro-organismes dont l’activité est essentielle pour l’écosystème.

On distingue plusieurs types de paillage : végétal ou organique et minéral. Chacun possède des avantages et des inconvénients selon le jardin et les plantes qui le composent. En attendant de rencontrer votre paysagiste pour davantage de conseils et pour protéger avec lui votre sol, retour en quelques mots sur ces trois paillages.

paillage-naturel

Le paillage végétal

On ne fait pas toujours de distinction entre le paillage végétal et organique. Comme son nom l’indique, le paillage végétal est constitué de végétaux, son origine est donc 100% naturelle, ce qui permet de favoriser le vivant.

Les jardiniers ont simplement observé la nature qui est si bien faite. Dans la forêt, en perdant leurs feuilles les arbres fabriquent leur propre “paillis” qui se transforme en humus qui diffuse dans le sol des nutriments essentiels qui participent à la croissance de l’arbre.

Pour couvrir le sol, on utilise donc naturellement les déchets organiques comme les tontes de gazon, les feuilles mortes, le foin, la paille (d’où vient le mot paillis), …
On peut déposer sous le paillis une couche de compost pour un apport en amendement en supplément et donc une action encore plus efficace.

Ce type de paillis est utilisable sur tous les types de végétaux. Mais étant donné qu’il s’incorpore plus rapidement dans la terre, on les réservera pour des plantes avec un cycle de vie court. Il fera merveille au potager ou dans les massifs de fleurs annuelles.

Les plantes de couverture comme les couvre-sols et autres vivaces peuvent faire office de paillis végétal. Principalement utilisé pour le couvert des zones boisées ou des talus, il s’avère profitable pour de nombreuses autres espèces. Cette technique permet de limiter l’érosion dans les terrains en pente et est, par ailleurs, très décorative en apportant une véritable valeur ajoutée à votre jardin : comment joindre l’utile à l’agréable.

paillage-jardin

Le paillage organique

Ce dernier fait plutôt référence aux matières plus ligneuses comme les écorces de bois, le lin, le chanvre, etc… Ce type de paillis a une durée de vie plus longue et il sera plutôt utilisé sur des plantes pérennes comme les arbres, les arbustes ou massifs de vivaces.

Il est facile de constituer un paillage original, naturel et peu coûteux en conservant les coques de noix ou de noisettes. Par contre, certains matériaux sont à proscrire car ils se dégradent difficilement ou acidifient les sols (aiguilles de pin, feuilles des thuyas, …).

Aujourd’hui, on trouve dans le commerce une diversité de paillis importante et sous différentes formes :

  • Toile de paillage en fibres de lin, de coco, de chanvre
  • Paillettes de lin, de chanvre, de cacao, de peuplier et de coco
  • BRF (copeaux de bois ou bois raméal fragmenté)
  • Écorces de fèves de cacao, cosses de sarrasin, écorces de pin

Tous ces matériaux permettent de jouer avec les matières et les couleurs pour allier l’utile et l’esthétique.

Par ailleurs, ils permettent, tout en recyclant des déchets, de restituer au sol de la matière organique et de l’humus dans le temps, favorable à la vie du milieu en fonction des apports effectués. Et qui dit organique, dit inévitablement biodégradable et donc respectueux de l’environnement. Le paillage organique s’avère particulièrement bénéfique pour la biodiversité et le respect de l’écosystème.

Le paillage organique, plus d’avantages que d’inconvénients

Le paillage peut être esthétique car on aime avoir un beau jardin. Il permet de protéger le sol qui ne reste pas nu, limitant ainsi l’évaporation et l’érosion. Bien sur, cette barrière physique limite la croissance des mauvaises herbes ce qui diminue le travail du jardinier et permet de mettre moins de désherbant. Les ravageurs tels les limaces et les escargots sont moins présents également.
A contrario, la microfaune auxiliaire comme les vers de terre et autres arthropodes apprécie beaucoup ce milieu plus chaud et humide qui est favorable à la décomposition.

L’inconvénient le plus connu du paillage est la “faim d’azote” intervenant quand les bactéries qui digèrent la matière organique fraîche doivent prélever l’azote du sol pour réaliser cette opération. Pour prévenir et lutter contre ce phénomène, il convient d’apporter de l’engrais naturel en amont du paillage ou bien pailler lorsque les plantes ne sont pas encore installées ou lorsque leur besoin en azote est faible.

paillage-mineral

Le paillage minéral

Il est constitué d’agrégats du sol apparemment inertes et « plus durables mécaniquement » mais qui peuvent aussi avoir une action néfaste sur le milieu. Bien que sa composition soit naturelle, il ne favorise pas la vie de la flore et de la faune du jardin comme le font le couvert végétal et le paillage organique. La composition du minéral et ses réactions chimiques peuvent avoir une action sur l’environnement à plus ou moins long terme.

  • Par exemple, n’hésitez pas à pailler le pied de vos hortensias avec de l’ardoise pilée, cette dernière est réputée pour leur redonner une belle couleur bleue.

Il est donc important d’avoir une analyse de la nature du minéral. La roche volcanique, appelée pouzzolane, a été certainement le premier paillage minéral. Depuis une multitude de graviers sous différentes formes et origines ont été développées. Il existe notamment le schiste, l’ardoise et les billes d’argile.

Ce qui est recherché avec le paillage minéral est plutôt l’effet décoratif, très intéressant avec la possibilité de donner de la couleur au jardin quelque soit la saison. Par exemple, on apporte de la couleur vive avec le paillage de brique rouge et l’on peut créer des contrastes pour mettre en avant certains végétaux isolés ou en massif. Le paillage minéral s’inscrit dans le temps avec une durée de vie presque illimitée.

Vous l’aurez compris, le paillage 100% naturel se présente donc comme la solution pour nourrir, entretenir et habiller votre jardin. Faire le bon choix pour accompagner son aménagement extérieur est essentiel afin de favoriser l’épanouissement de ses végétaux.

N’hésitez pas à faire appel à un paysagiste professionnel capable de vous apporter son expertise et ses solutions pour faire de votre jardin un havre de paix aussi esthétique que facile d’entretien.